Santé connectée

 
 

Echecs et difficultés de la santé connectée

   
 
 
 

Téléphonie mobile pour suivre les asthmatiques : pas mieux que le carnet papier, et plus cher (BMJ 2012).

La téléphonie mobile peut-elle aider les patients à mieux contrôler leur asthme ?

Des auteurs anglais exerçant en soins primaire (contexte où sont vus la majorité des asthmatiques en Angleterre) ont pris l’initiative d’évaluer l’hypothèse que des adolescents et des adultes mal contrôlés tireraient bénéfice d’un « autosuivi «  (self monitoring) de leur symptômes et de résultats de débitmètre de pointe géré avec l’aide de leur téléphone (1). Leur travail  a été publié en 2012 dans la revue British Medical Journal.

Rigoureux, ils ont confronté les performances de leur solution mobile avec des patients disposant d’un classique carnet papier. Dans les deux cas, les conseils étaient conformes aux recommandations de pratique clinique. Les auteurs ont pris soin de mener un essai contrôlé randomisé en veillant à ce que le contexte médical soit identique pour tous (éducation par infirmière et accès aux soins). Ainsi les données de santé de 143 patients utilisant un carnet papier ont été comparé à celles de 145 sujets équipés de téléphone mobile et ayant téléchargé l’application dénommée t+Asthma application. Ces éléments ont été jugés suivant le score du contrôle asthma control questionnaire (critère primaire) et d’autres données en critères secondaires (dont la qualité de vie, les effets indésirables, et les prescriptions).

Sans donner ici le détail des résultats statistiques, voici  la conclusion de l’étude : « chez les personnes présentant un asthme mal contrôlé, le suivi (monitoring) via un téléphone mobile n’apporte aucun avantage comparé au papier ». Déception supplémentaire, la solution électronique s’est avérée plus onéreuse, si bien que les auteurs recommandent de réfléchir à deux fois avant de songer à s’équiper.

Cette étude nous apprend que le telemonitoring n’a pas été un élément déterminant (les auteurs emploient le terme anglais crucial) pour améliorer le contrôle de l’asthme.  Ce résultat négatif temporise l’optimiste excessif des promoteurs des nouvelles technologies en santé. Si un patient a du mal à contrôler son asthme, c’est parce qu’il se confronte à des difficultés (biologiques, sociales, économiques, comportementales, etc) d’une complexité qui dépasse de loin la concurrence du papier et du téléphone.

 

Rédaction Nicolas Postel-Vinay; Hôpital européen Georges-Pompidou (Paris); directeur du site automesure.com. Juin 2014. Merci de citer en source le site automesure.com si vous utilisez ces informations.

Dermot Ryan, David Price, Stan D, Shweta Malhotra  et al. Clinical and cost effectiveness of mobile phone supported self monitoring of asthma: multicentre randomised controlled trial . BMJ 2012;344:e1756 doi: 10.1136/bmj.e1756 (Published 23 March 2012)


 

©automesure.com Juillet 2014