Histoire de la mesure , l'automesure et des autotests
Suis je enceinte ? Une histoire des tests de grossesse
Suis-je enceinte ? Voilà une question importante que toutes les femmes se posent à l’occasion d’un retard de règles ou tout autre symptôme évocateur d’une grossesse. Par le passé elles trouvaient une réponse avec l’aide, ici de charlatans, de mireurs d’urines ou de médecins. Ce n’est que depuis 1978 que des autotests fiables leur permettent de faire - et en toute confidentialité - leur propre diagnostic de grossesse

 

 

L’une des premières traces de ce qu’on peut considérer comme l’ancêtre du test de grossesse à base d'urine remonte à l’Egypte ancienne.

 

Uriner sur des tiges de blé : premier test de l’histoire ?

Un papyrus décrit une scène où une femme supposément enceinte devait uriner pendant plusieurs jours sur des tiges de blé ou d’orge : "si l'orge grandit, c’est un garçon. Si le blé grandit, c’est une fille. Si aucun des deux ne grandissent, elle n’est pas enceinte."
Puis, vint la médecine hellénistique. Hippocrate (Né 460 avant Jésus-Christ) inspectait l’aspect des urines pour envisager le diagnostic de grossesse. Par ce geste, il inaugura une longue tradition d’inspection visuelle de l'urine (couleur, clarté, présence de dépôts) pour détecter la grossesse (ou des maladies) : la mire des urines, fut une méthode très populaire jusqu’au XVI/XVII ème siècle (voir à ce sujet l’article de Jean Cheymol paru dans le bulletin société française d’histoire de la médecine).
En Europe, des "prophètes de pisse" pensaient diagnostiquer ainsi bien des affections. Dans un texte de 1552, l'urine de grossesse a été décrite comme " d’une couleur citron pâle penchant vers le blanc cassé, avec un nuage sur sa surface." D'autres tests impliquaient de mélanger vin et urine pour, ensuite, en observer les résultats (de fait l'alcool réagit avec certaines protéines contenues dans les urines). Des théories diverses ont abondé, comme celle où l'urine de grossesse contiendrait certains cristaux identifiables ou des bactéries. Cependant jusqu’à une époque récente, on retiendra que les scientifiques n’en savaient pas assez sur la grossesse pour développer de test fiable.

 

Diagnostic de la grossesse : le recours au médecin
Très longtemps, la meilleure méthode pour diagnostiquer la grossesse est restée l'observation des sensations physiques et symptômes (ex : absence de règles, nausées matinales). Dans les années 1930-1940, les ouvrages de vulgarisation médicale encourageaient les femmes à consulter leur médecin pour confirmer le diagnostic de grossesse plutôt que de se fier à "des contes de bonne femme". De leur côté, des avocats de santé publique américains commençaient à encourager les femmes à voir leurs médecins dès que la grossesse était suspectée.

 

La découverte des hormones : essor de l’endocrinologie à la fin du XIXe siècle
La révolution est venue de l’essor de l’endocrinologie scientifique à la fin du XIXè siècle, avec l’étude des messagers chimiques de l'organisme, qui suggérait que les « sécrétions internes" produites par certains organes étaient cruciales pour le fonctionnement biologique humain. Ernest Starling nomma ces messagers chimiques "hormones". Citons par exemple la découverte de l’insuline en 1922.

 

 

Découverte de la Béta HCG, hormone spécifique de la grossesse
La recherche sur la reproduction humaine s’est intensifiée au début du XXè siècle. Ludwig Fraenkel a décrit le corps jaune (corpus luteum), ou masse glandulaire, qui se forme dans l’ovaire pendant le cycle menstruel, secrétant la progestérone (isolée en 1934). De leur côté, des scientifiques à travers l'Europe ont décrit la présence d'une substance qui promouvait le développement d'ovaire chez des lapins et des souris. En Allemagne, Selmar Aschheim et Bernhard Zondek ont noté que cette substance a spécifiquement affecté la formation du corps jaune. Les scientifiques ont ainsi isolé une hormone spécifique, la gonadotropin chorionic human (HCG)) uniquement présente chez les femmes enceintes. C’est elle qui est au point de départ des tests de grossesse. Aschheim et Zondek ont décrit un test (connu comme le test d'A-Z) qui a identifié la présence de HCG dans l'urine.
Pour détecter la grossesse, l'urine d'une femme était injectée dans un rat immature ou une souris. En l’absence de grossesse, il n'y avait aucune réaction. Dans le cas d’une grossesse, le rat était en chaleur, malgré son immaturité sexuelle. Ce test a révélé une production accrue d'hormones au cours de la grossesse.
D’autres scientifiques quant à eux ont développé des bio-essais (tests spéciaux utilisant des animaux ou du tissu organique) afin d’identifier les HCG en injectant des échantillons pour stimuler l'ovulation chez des lapins, des grenouilles, des crapauds et des rats (voir photo). Ces tests étaient cependant couteux, et exigeaient le sacrifice de plusieurs animaux. De plus, ils prenaient souvent plusieurs jours pour obtenir les résultats.

 


Japon 1956 : Test médical de grossesse dit "test de Hogben". L'urine concentrée de la femme peut-être enceinte est injectée à une grenouille. Si cette injection déclenchait une ponte 12 heures plus tard, le test était "positif"
 


A l’aube des tests modernes : dosages hormonaux et test d’hémagglutination
Les hormones gonadotropines ont été extraites pour la première fois des glandes pituitaires humaines en 1958. En 1960, un "test d'Inhibition Hémagglutination " pour la grossesse a été développé par L. Large et C.A. Gemzell. Le test utilisait des HCG purifiés, mélangés avec un échantillon d'urine et des anticorps dirigés contre ces HCG. Si le test était positif, les globules rouges coagulaient, affichant un aspect particulier. Ce test était beaucoup plus rapide et moins cher que l’ancien bio-essai, mais non dénué d’échec, particulièrement lors d’une grossesse précoce. De plus, ils étaient à l’origine de faux positifs. En 1966 A. R. Midgley a décrit le premier radio-immuno-test pour HCG, mais ce dernier test ne pouvait toujours pas différencier entre les HCG de l'hormone lutéinisante. Plusieurs autres laboratoires ont apporté des améliorations sur ce test, sans jamais résoudre ce problème de base.

 

En 1970, les tests disponibles (pour les médecins et techniciens) incluaient le test de grossesse en deux heures de Wampole. Le test pouvait être fait dès quatre jours après l’oubli ou l’arrêt du contraceptif. Quant aux tests physiques, il a été imaginé selon un usage laborantin et n’était pas destiné à l'utilisation domestique. En plus du kit, (deux éprouvettes, un support en plastique, une bouteille de solution de contrôle," une bouteille "d'HCG-antisérum" et une bouteille "de la suspension cellulaire"), les femmes avaient besoin d’un petit entonnoir, un papier filtre ou une centrifugeuse, des pipettes propres ou des seringues et la solution saline en plus de l’échantillon d'urine.

 

En 1970-1972 les scientifiques du NIH (National Institute of Health) américain connaissaient mieux les propriétés de l’hormone HCG. Ils ont identifié deux sous-unités de HCG et se sont concentrés sur la sous-unité bêta. Ils ont alors constaté que c’était dans cette sous-unité bêta que résidait la spécificité immunologique et biologique de HCG (ce qui la rendait différent des autres hormones). En utilisant des animaux, ils ont développé un antisérum spécifique capable mesurer l'hormone chez les humains.

 

 

1978 : premier autotest à dix dollars
La première édition de Our Bodies, Ourselves, un manuel de santé pour les femmes écrit par la Santé des femmes de Boston Collective, a noté que les tests de grossesse disponibles étaient plus efficaces s’ils étaient effectués deux semaines après le rapport. Bien que les auteurs affirmaient que les instructions sur « la collecte et la soumission de l’urine étaient simples,", les lecteurs modernes peuvent ne pas être d’accord. Le texte stipulait : "Ne buvez aucun liquide après le dîner la veille," (…) "dès que vous vous réveillez, collectez un échantillon d'urine dans un bocal propre, sec, sans savon et soumettez le à un laboratoire." L’autre option était d’envoyer l'échantillon d'urine à un laboratoire en Caroline du Nord, à condition d’avoir préalablement demander le kit de test.

 

En 1976, la FDA (Food and Drug Administration) approuva le premier test de grossesse plus connu sous le nom de "le Test de Preuve d'Erreur " (Error Proof Test). Le EPT deviendrait le premier kit de test de grossesse domestique aux États-Unis. A ce moment, plusieurs articles parus dans le American Journal of Public Health ont déclaré que la santé publique serait meilleure servie si la femme pouvait se procurer un test de grossesse et l'utiliser de façon fiable dans sa propre maison. A la fin de l’année 1977, l’EPT était prêt à être distribué sur le marché américain. (À cause d’exigences dans la formulation spécifique sur l'emballage et d'autres détails de dernière minute, il y a eu un décalage entre l'approbation FDA et la disponibilité dans la plupart des officines. Dans la lettre de Warner/Chilcott « Dear doctor letter » les pharmacies ont été informées que "la campagne publicitaire grand public du test de grosse avait été conçue pour diriger directement le consommateur vers leur pharmacie.

En 1978, le test EPT a été repris dans les magazines féminins majeurs comme Mademoiselle, McCall’s, Redbook, Cercle Familial, le Journal Domestique des femmes, Bonne Économie domestique et Vogue. Les publicités sont apparues plus tard dans des magazines comme Predictor, Answer et ACU-TEST

 

D’après un article paru dans Family Planning Perspectives de 1979, le test permettait à la fois à la femme de protéger sa vie privée si elle ne souhaitait pas informer son médecin de son activité sexuelle, et cela lui permettait également de l’inclure activement dans la prise en charge de sa santé

Le test TPE de 1978 a été décrit aux lectrices de Mademoiselle : "Pour 10 dollars, vous bénéficiez d’une fiole d'eau purifiée, une d'éprouvette, entre autres …aussi bien qu’un compte-gouttes médical et un emballage en plastique pour l'éprouvette, avec un miroir dans le fond. Le test prenait deux heures, et était plus précis pour les résultats positifs (97 %) que pour les négatifs (80 %). Selon Mademoiselle, les avantages principaux étaient : « le respect de la vie privée et ne pas avoir à attendre plusieurs semaines la confirmation d'un médecin, laissant le choix d’envisager un avortement." (Mademoiselle, avril 1978, p. 86)

 

Le magazine McCall’s affirmait que "les médecins que nous avons interviewés approuvent le concept." Mais les rédacteurs conseillaient aux femmes ayant obtenues un résultat négatif et qui soupçonnaient toujours une grossesse de ne pas attendre dix jours pour faire à nouveau le test, "mais de chercher l'aide médicale dès que possible." (McCall’s, mars 1978, p. 46)

 

Dans les années 1990, les avancées technologiques ont permis de développer des tests de grossesse plus surs. Depuis 2003 la nouvelle génération de tests de grossesse domestiques, approuvée par la FDA, a vu le jour, dont le test de grossesse numérique Clearblue. A La place d'une fine ligne bleue, l'écran affiche désormais en toutes lettres "enceinte" ou "pas enceinte."


En 2013 en France, les pharmacies s’apprêtent à céder le pas aux supermarchés.

 

 

Rédaction octobre 2013 Marine Postel-Vinay, journaliste, pour le site automesure.com ©(droit réservé).
Source : National Institute of Health : département d’histoire.
A preliminary screening test for pregnancy (2003).The Food and Drug Administration History Office.